Zone Franc | Septembre 2011

Les ministres des Finances, les gouverneurs des banques centrales et les présidents des institutions régionales de la Zone franc se sont réunis lundi 19 septembre 2011 à Paris, pour discuter de la situation économique de la Zone Franc. 
Les membres présent, ont pris note des perspectives de croissance dans les différentes sous-régions, confirmant les tendances observées lors de leur précédente réunion. En Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC), la croissance devrait se maintenir autour de 5 % en 2011. 
Elle pourrait s’établir à 2,6 % aux Comores. Les perspectives économiques de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) devraient, quant à elles, marquer un ralentissement de la croissance économique à seulement 1,4 %, du fait essentiellement de la crise post électorale en Côte d’Ivoire. Les ministres des Finances ont salué le processus de reconstruction résolument engagé dans ce pays. Alors que l’inflation est demeurée globalement modérée en 2010 dans la Zone Franc, ils relèvent une résurgence des tensions inflationnistes pour 2011, sous l’effet de la hausse des prix alimentaires et de l’énergie. Enfin, ministres et gouverneurs ont exprimé leur confiance dans les mesures prises pour garantir la stabilité financière et la croissance dans la Zone euro. 

Les participants ont aussi pris acte de l’état de la convergence des politiques macroéconomiques au 31 décembre 2010 dans la Zone Franc, qui s’est globalement améliorée. Pour renforcer l’intégration régionale, les ministres ont convenu de poursuivre les travaux pour mieux apprécier la convergence réelle des économies. Six indicateurs viendront, à partir de 2012, compléter ceux actuellement suivis : évolution du niveau de vie, évolution de l’intégration commerciale, liberté de circulation effective, climat des affaires, mise en œuvre des programmes économiques régionaux, intégration financière. En outre, les ministres des Finances ont décidé de mandater le comité de convergence de la Zone Franc pour conduire une étude sur les gains attendus d’une plus grande intégration régionale. 

Les participants se sont félicités de l’avancement des travaux du G20 sous la présidence française, qui ont été présentés par M. François Baroin et M. Henri de Raincourt, ministre chargé de la coopération. Les ministres ont dans ce cadre adopté une position commune, annexée au présent communiqué, témoignant de leur entier soutien aux priorités de la présidence française du G20. Ils ont particulièrement insisté sur le développement des infrastructures, et plus spécifiquement des infrastructures énergétiques, et sur la mise en place de financements innovants, notamment une taxation des transactions financières. Les ministres ont également échangé à propos de l’actualité des institutions multilatérales afin d’y apporter des messages communs lors des prochaines assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale en vue de leur engagement à soutenir les Etats de la Zone franc. 

CEMAC : Etat du secteur Bancaire de la région


Lors de l'inauguration du siège de la COBAC (Commission Bancaire de l'Afrique Centrale), le 18 août dernier à Libreville, le gouverneur de la BEAC (Banque des Etats de l’Afrique Centrale), a annoncé que les banques en activité dans la région de la CEMAC ont enregistré un excédent de trésorerie d'environ 2.986 milliards de francs CFA, soit près de 4,5 milliards d'euros. 



Dans les années antérieures, les banques régionales accusaient un déficit de trésorerie de plus de 120 millions d'euros, un peu plus de 81 milliards de FCFA.
Une étude réalisée par la COBAC sur les tarifications des services et opérations des banques de la CEMAC indique que les grandes entreprises bénéficient en moyenne d'un taux d'intérêt de 8,74%, les PME de 11,55% et les particuliers de 15,69%.

Le Gabon et le Cameroun se distinguent comme les pays où l'intermédiation bancaire est la plus poussé, avec respectivement 34,5% et 30% des crédits amortissables octroyés sur cette même période. Au Gabon, par exemple, on apprend que 74,5% des crédits ont été octroyés par la BGFI Bank. Au Cameroun par contre, la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (BICEC), filiale du groupe Banque populaire, et le groupe Afriland (First Bank, propriété du bamiléké Paul Fokam Kammogne) ont accordé respectivement 30,53% et 24,96% des crédits.
Les mêmes sources indiquent qu’en Guinée équatoriale, la CCEI BANK concentre 76% des crédits

Depuis sa création en 1990, la COBAC opérait dans des locaux provisoires situés dans l'enceinte de la BEAC au Cameroun. La mission de cette structure est de contrôler et de superviser le système bancaire et financier des six pays de la CEMAC (Cameroun/Centrafrique/Congo/Gabon/Guinée Equatoriale/Tchad).